Actualités et évènements



Ralph Riachy chevalier de la Légion d’honneur
2018-10-15

C’est en présence de la présidente du Tribunal spécial pour le Liban (TSL) Ivana Hrdickova que le juge Ralph Riachy, vice-président du TSL, a reçu jeudi les insignes de chevalier de la Légion d’honneur des mains de l’ambassadeur français Bruno Foucher lors d’une cérémonie à la Résidence des pins. M. Foucher a souligné que « la France, qui a œuvré pour que le TSL voie le jour et que toute la lumière soit faite sur l’assassinat de l’ancien Premier ministre Rafic Hariri, n’a jamais cessé de soutenir ce tribunal, dont le mandat revêt une importance capitale pour faire reculer l’impunité et triompher la vérité ». « Vous êtes, à votre poste actuel, l’un des artisans de cette mission difficile, parfois ingrate car mal comprise du grand public, qui est celle du TSL. Là encore, vous demeurez inébranlable face aux pressions qui ne manquent pas de s’exercer à votre encontre et l’on ne peut que saluer votre courage », a encore dit l’ambassadeur.La cérémonie était sobre et prestigieuse, à l’image de ce destinataire de la croix en argent, décernée pour récompenser son courage et son intégrité durant l’exercice de ses fonctions de magistrat et également pour le gratifier pour sa francophilie à travers laquelle il a véhiculé la langue de Molière et ses valeurs au cours d’une longue carrière d’enseignant universitaire.

Réputé modeste et discret, ce magistrat de renom a convié une trentaine de parents et amis au vin d’honneur offert en son honneur, dont le ministre sortant de la Justice Salim Jreissati, le procureur général près la Cour de cassation Samir Hammoud, le président de l’Inspection judiciaire Bourkan Saad, la directrice générale du ministère de la Justice Mayssam Noueiry, le bâtonnier de Beyrouth André Chidiac, la chef du protocole au sein du ministère des Affaires étrangères Najla Riachy, l’ancien ministre et ancien gouverneur de la Banque du Liban, Michel el-Khoury, l’ancien procureur général près la Cour de cassation Saïd Mirza, l’ancien président du Conseil économique et social Roger Nasnas, le président de la Commission nationale du dialogue islamo-chrétien Abbas Halabi, Camille Menassa, ancien directeur administratif de L’Orient-Le Jour, ainsi que des camarades d’université de Ralph Riachy.

Refus de compromis
Retraçant le parcours de ce juge « courageux et intègre », M. Foucher a rendu « hommage à l’homme de droit, l’homme de loi et l’homme de justice ». « Je ne pense pas exagérer en disant que votre attachement à la justice est presque sacerdotal. (…). Dans tous les postes (judiciaires), vous avez marqué vos interlocuteurs et collaborateurs par votre rigueur, votre dévouement et votre volonté permanente de rester intègre », a ajouté l’ambassadeur. « Votre intégrité, vous n’avez jamais accepté de la mettre en jeu. C’est ce qui vous a poussé à démissionner, en 2008, du Conseil supérieur de la magistrature, en réaction aux pressions exercées sur cet organe pour bloquer certaines nominations de juges. Car vous n’êtes pas de ceux qui font des compromis lorsque vous constatez que le système est injuste et que vous ne pouvez pas le réformer », a poursuivi M. Foucher.

L’ambassadeur a rappelé que le juge Riachy avait déclaré dans l’une de ses rares interviews que « pour être juge, il faut être doté de courage, quel que soit le dossier dont on a la charge ». « Le courage ne vous a jamais manqué face aux diverses tentatives d’intimidation ou aux pressions. Vous avez toujours su préserver votre devoir de réserve et vous faire respecter en retour, à défaut de plaire à tout le monde. L’ancien président de la République, Élias Hraoui, vous a lui-même dit, un jour, que vous étiez incorruptible. Vous êtes en tout cas, sans aucun doute, un défenseur infatigable de l’indépendance de la justice. » Et M. Foucher de poursuivre : « Votre carrière et votre tempérament ont donc fait de vous un candidat naturel pour coprésider le Tribunal spécial pour le Liban en mars 2009 », rappelant que le juge Riachy avait été « juge ad litem au sein du Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie, en 2000, ce qui vous avait permis de prendre une part active à la justice internationale et de vous familiariser avec ses particularités ».

« Tout au long de votre carrière, vous avez conservé le goût de transmettre, ce qui vous a conduit à enseigner le droit à l’USJ, à l’Université Saint-Esprit de Kaslik ou encore à l’Institut d’études judiciaires qui forme les jeunes magistrats libanais. Dans vos activités d’enseignement tout comme au sein des différentes institutions dans lesquelles vous avez exercé, vous avez toujours soutenu et défendu la langue française et la culture juridique française (…) », a encore dit l’ambassadeur.

Avec « une forte émotion et une grande fierté », le nouveau chevalier de la Légion d’honneur a remercié la France pour l’octroi de la distinction. « Cette médaille est la reconnaissance d’un engagement professionnel au service de la justice de mon pays », s’est-il félicité, se prévalant par ailleurs d’être imprégné de « la culture française et des valeurs républicaines », notamment « des principes fondamentaux de liberté et du respect des droits de l’homme ». Dédiant sa décoration « au Liban et à la justice libanaise toujours en lutte pour préserver son indépendance et son attachement à la règle de droit et à l’équité », M. Riachy s’est engagé à continuer à « tisser encore plus de liens avec la France, notamment aux plans de la culture juridique et de la modernisation des lois libanaises »

© 2018 - SMLH-LB
Le développement de ce site a été acquis par la généreuse contribution de la part de M. Le consul Roger Samaha
(membre du comite administratif de la SMLH -Liban